" />

Le Souffle-Voix ou la puissance de l’Être

Témoignage d’Annie Destombes, le 05/10/2018

La pratique du chant dépasse souvent largement le cadre musical. Révélateur de l’intimité et des profondeurs de chacun, le travail sur la voix amène fréquemment les personnes qui pratiquent à faire l’expérience de profondeurs insoupçonnées en eux-mêmes. Un chemin vers l’Être particulièrement évident dans le Souffle-Voix (ou Pneumaphonie) qui s’ajoute à un véritable travail en profondeur sur le corps et sa structure, comme en témoigne Annie Destombes.

« Je suis Annie, facilitatrice de Biodanza, et j’ai un long entraînement à jouer avec mon corps ainsi qu’avec la voix. J’ai découvert avec plaisir la méthode de Serge Wilfart (le Souffle-Voix), animée par lui-même, lors d’un week-end à Autun. La découverte de ma voix a été une véritable révélation en même temps que celle de mon intériorité, de ma puissance ; la puissance vocale, bien sûr, mais aussi une certaine puissance qui est dans l’Être. C’est cela que m’a permis de découvrir Serge Wilfart avec beaucoup d’intensité et de peurs, aussi, qui se sont révélées. J’ai mis dix ans avant de continuer ce chemin ; il faut croire que l’expérience avait été très puissante.

J’ai découvert près de chez moi, à Lyon, Benjamin Grenard et j’apprécie beaucoup la façon dont il applique la méthode de Serge Wilfart, avec grand professionnalisme et sérieux. Il y a une grande rigueur dans sa pratique, doublée d’une grande perception de ce qui est en train de se passer chez l’autre. Je suis toujours étonnée de l’entendre dire, reprendre, questionner la personne sur ce qui est en train de se passer, de se vivre. Je trouve sa perception extrêmement fine. Et puis, il y a de la rigueur, c’est-à-dire que la méthode s’applique avec des règles.

Pour moi, cette méthode me met instantanément en contact avec mon corps, avec mes profondeurs. Les premières expériences que j’ai eues, c’est comme si à la fin d’un passage, mon corps était transformé – plus précisément ma structure – comme après un travail d’ostéopathie à la fois très fin et très puissant. C’est une chose qui me plaît particulièrement le fait que ce soit moi-même qui participe à la transformation de ma structure.

Au niveau personnel et intime, j’ai enfin osé utiliser ma voix naturelle, y compris ma voix parlée. J’ai beaucoup été très gentille dans ma vie ; j’avais donc une petite voix discrète pour ne pas déranger les autres. Maintenant que j’ai découvert la puissance de ma voix, aujourd’hui je peux moduler en fonction des personnes qu’il y a en face de moi.

Cette plongée à l’intérieur de Soi que propose la méthode m’a fait rencontrer des profondeurs insoupçonnées. Dans celles-ci, j’ai eu contact avec, quelque part, – j’allais dire la totalité – en tout cas l’immensité qui est là en nous, en chaque être humain, et aussi une espèce de terreur devant la beauté. J’ai rencontré ces deux aspects : de la beauté pure qui a un côté effrayant et d’autre part, la puissance de la vie.

J’ai découvert que ce travail du souffle, c’est cela qui permet vraiment de transformer la posture, la stature, la structure comme je l’appelle. J’ai une autre manière de me positionner à la fois pour parler, pour écouter, pour chanter, pour danser… Il y a petit à petit une transformation de la structure qui s’opère.

Il peut y avoir aussi dans la Pneumaphonie cet aspect d’être en groupe et par conséquent d’être juste présent particulièrement pour la personne qui est en train de passer. Cela donne aussi l’occasion de ressentir ce qui se passe pour elle. Quelque part, cela amplifie notre vécu personnel et peut l’enrichir. D’être avec une personne – derrière elle, par exemple pour la retenir si elle tombait –, cela permet de ressentir toute sa vibration et de voir concrètement, physiquement dans son corps, sur sa colonne vertébrale, dans sa posture, qu’est-ce qui est en train de se jouer, qu’est-ce qui est train de changer, qu’est-ce qui est en train de se dénouer… »

Share This